× Logo d'Éthique en Éducation et en Formation Accueil Équipe Parutions Appels à contributions Directives aux auteurs Soumettre un article Soumettre une proposition de dossier thématique Nous joindre
☰ menu

Parutions

Numéro actuel


André Pachod et Jean-Luc Denny (coord.)(2023).« L’éthique de l’élève : approche épistémologique, empirique et méthodologique . » Éthique en éducation et en formation, numéro 14, été 2023, 112 p.

Numéros précédents


Simon Mallard et Gwénola Réto (coord.)(2022).« Enjeux éthiques de la présence professionnelle. » Éthique en éducation et en formation, numéro 13, automne 2022, 100 p.

Les sciences de l’éducation et de la formation permettent d’analyser l’expérience professionnelle d’adultes. Cette proposition de numéro vise donc à comprendre l’expérience de la présence et à examiner le rapport à la présence dans les situations professionnelles en éducation et en formation. La question de la présence nécessite plus que jamais un éclairage pour analyser et comprendre l’expérience des êtres humains impliqués dans des processus d’apprentissage, d’enseignement, de formation, d’intervention ou d’accompagnement. En effet, peu d’éléments permettent actuellement d’appréhender les différents régimes de la présence (Jeune, 2016), les modalités de la présence (Poché, 2021) et les enjeux éthiques de la présence dans les contextes éducatifs et formatifs. Une définition de la présence sous l’angle de l’éthique permettrait de fonder la notion pour répondre aux enjeux d’éducation et de formation, notamment du point de vue de l’émancipation des sujets (Cornu-Bernot, 2015; Eneau, 2016). À titre d’exemple, on remarque que l’hyperresponsabilisation des professionnels peut obliger certains d’entre eux à une présence physique intense, au-delà des attendus habituels, les exposant ainsi à des formes de détresse psychologique (i.e. épuisement). Ce numéro thématique d’Éthique en éducation et en formation vise à contribuer à la clarification des enjeux éthiques de la présence professionnelle. Les cinq articles qui le composent permettent d’enrichir la caractérisation de la présence d’un point de vue théorique, dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement et de la formation, mais aussi d’un point de vue pratique, en prenant appui sur des recherches menées en contexte canadien comme français.

Maryvonne Merri, Christophe Roiné, Gustavo Barallobres et Sophie Grossmann (coord.)(2022). « La subjectivation au crible des dispositifs éducatifs contemporains », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 12, Été 2022, 146 p.

Ce numéro d’Éthique en Éducation et en Formation examine le rapport à soi et sa constitution par des pratiques et des discours (Gros, 2002) dans les dispositifs éducatifs contemporains. En effet, les acteurs de l’éducation, y compris les chercheurs, conçoivent et mettent en oeuvre des programmes et des plans, c’est-à-dire des dispositifs au sens de Foucault (Agamben, 2006; Foucault et Defert, 2000; Veyne, 2008). Ceux-ci fournissent une intervention « rationnelle et concertée » pour une « fonction stratégique dominante » (Foucault et Defert, 2000, p.299), créant une propension des personnes à la réalisation de certains actes (Raffnsøe, 2008). Si les dispositifs éducatifs offrent des occasions de devenir tel ou tel sujet, les personnes peuvent également les refuser, pour ne pas être « tout à fait gouvernées » (Dardot, 2011; Foucault, 2015).

Lionel Alvarez et Samuel Heinzen(coord.)(2021). « Éthique et technologies numériques en éducation », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 11, Automne 2021, 148 p.

La dimension éthique inhérente aux technologies numériques en éducation est rapportée par de nombreux auteurs (Choi, 2016; Downes, 2017; Jandrić et al., 2018). En effet, le numérique est éthique au sens où il peut être compris comme le prolongement de l’action humaine dans le temps et l’espace. Il l’est également en tant que formalisation des activités dans des environnements structurants. Enfin, en tant que médiation incontournable, le numérique modifie l’action humaine ordinaire. Ainsi, l’introduction des technologies en éducation se retrouve sous une charge morale particulièrement intense, qui vient accroître la complexité de sa mise en œuvre sur le terrain et invite à un pas de recul pour penser et questionner les enjeux à court comme à long terme. Or, comme se questionnait Guay dès 2013, il importe de nous demander si l’école est en mesure d’assumer le bouleversement important qu’impliquent les technologies numériques en éducation. Les études oscillent actuellement entre des perspectives favorables (Karsenti, 2018) et des considérations plus modestes (Wilmer, Sherman et Chein, 2017). Mais qu’en est-il de l’enjeu proprement éthique du numérique en éducation? Pour s’engager dans l’exploration de cette problématique, le présent numéro propose d’approfondir la réflexion autour d’enjeux clefs, tels que l’autonomie autant déontique que numérique, la tension entre la distance et la présence dans la relation pédagogique et, enfin, le rôle déterminant joué par les conditions socioéconomique.

Camille Roelens et Nancy Bouchard (coord.)(2021). « Éthique minimale, individualisme et éducation à l’autonomie », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 10, Hiver 2021, 107 p.

Le présent numéro propose aussi une discussion critique de la manière dont l’antimoralisme et l’antipaternalisme résolus du minimalisme éthique d’Ogien peuvent constituer des ressources pour les éducateurs au XXIe siècle, devant agir pour permettre à d’autres individus de devenir autonomes et de le rester, mais sans leur imposer, en logique pluraliste et libérale, leurs propres conceptions du bien. De plus, la dissolution contemporaine des cadres normatifs que constituaient les mœurs et coutumes donne au souci éthique quotidien une part tout à fait particulière dans la vie de chacun et chacune au sein des démocraties libérales (Lipovetsky, 1992; Renaut, 2011), en particulier lorsqu’il s’agit d’éduquer. Cette activité est en effet, de toutes les sphères de l’existence humaine, celle pour laquelle la mémoire de forme d’une organisation fortement hiérarchique et traditionnelle a été la plus durable, et donc où les bouleversements les plus récents sont les plus considérables (Blais, Gauchet et Ottavi, 2002/2013, 2008). Ainsi, la libération des enfants (Renaut, 2002) aura été l’étape la plus tardive d’une « histoire de la libération » (Gauchet 2017, p. 742) dans la modernité démocratique, et l’éthique éducative et formative ne doit s’en emparer que plus urgemment. Un autre objectif du présent numéro est ainsi de chercher à mieux cerner les ressources qui peuvent être celles de l’éthique minimale pour faire face à cette maximalisation des situations questionnant les éducateurs sur le plan éthique autrement que par un recours à quelque maximalisme ou à des paniques morales (Ogien, 2004).

Mathieu Gagnon et Claude Gendron (coord.)(2020). « Relations entre enjeux épistémologiques et éthiques en éducation », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 9, Été 2020, 137 p.

L’école, en tant qu’institution, ne peut faire fi des enjeux épistémologiques et éthiques de l’éducation dans ses différents champs disciplinaires ou professionnels, pas plus qu’elle ne peut le faire, à notre avis, en ce qui concerne la dimension transversale de ces enjeux, puisqu’ils sont au cœur de l’apprentissage du savoir-penser, du savoir-être et du savoir-agir. Seulement, la mise en relation des considérations éthiques et épistémologiques en éducationdemeure peu explorée. Quels enjeux éthiques soulèvent les problématiques épistémologiques en éducation et en formation? Et, inversement, quels sont les enjeux épistémologiques liés aux questions d’éthique en éducation et en formation? Telles sont les questions centralesfaisant l’objet du présent numéro de la revue Éthique en éducation et en formation.

José-Luis Wolfs (coord.)(2020). « Laïcité, neutralité, diversité et formation au vivre-ensemble », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 8, Hiver 2020, 140 p.

Quelles sont, dans le champ éducatif, les différentes conceptions du vivre-ensemble privilégiées dans la littérature scientifique internationale, dans les recommandations des organismes internationaux (UNESCO, Conseil de l’Europe), ainsi quedans les instructions officielles et les programmes de différents pays? Dans quelle mesure, les conceptions du vivre-ensemble privilégiées par les programmes et les manuels scolaires sont-elles influencées par les contextes nationaux, voire locaux,et/ou par des tendances plus générales sur le plan international, en liaison ou non avec les préconisations des organismes internationaux? Dans quelle mesure et sous quelle forme les enseignants et enseignantes sont-ils formés au vivre-ensemble? Quelles sont leurs propres conceptions du vivre-ensemble? Dans quelle mesure leurs conceptions s’inscrivent-elles en continuité ou en rupture par rapport aux orientations officielles en vigueur dans leur pays ou dans leur système éducatif? Quels sont les dispositifs concrets de formation au vivre-ensemble mis en œuvre sur le terrain? Quelles sontles postures éthiques sous-jacentes? Quels sont les ancrages disciplinaires privilégiés? Quels sont leurs effets auprès des élèves?

Samuel Heinzen (coord.)(2019). « Questions et enjeux éthiques du genre en éducation », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 7, Automne 2019, 93 p.

Au travers des trois premiers articles de ce numéro, nous pouvons constater qu’une réflexion vive parvient à s’articuler dans l’espace scolaire autour des problématiques du genre, ouvrant la voie à la possibilité d’une progression des enjeux féministes à l’école. Néanmoins, les articles suivants soulignent que le décalage entre les droits et les faits restent d’actualité et que la confusion entre progression et acquis représente un écueil particulièrement pernicieux. En conclusion, il convient donc de reconnaître que, s’il est possible d’engager ces enjeux à l’école, leurs réalisations convoquent la nécessité de questionner l’état de nos pratiques réelles.

Nancy Bouchard (dir.) (2019). « Tensions de l’éthique et du vivre-ensemble », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 6, Hiver 2019, 129 p.

Dans ce numéro de la revue Éthique en éducation et en formation, les tensions relatives à l’éthique et au vivre-ensemble et, plus spécifiquement, dans leurs rapports à l’éducation ou à la formation représentent (explicitement ou implicitement) deux des préoccupations centrales des textes ici rassemblés. Les articles donnent un aperçu des tensions de l’éthique en éducation et en formation, en particulier celles relatives au vivre-ensemble. Protéiformes, les tensions de l’éthique auxquelles s’attardent les auteur-e-s appellent à la réflexion sur l’hétéronomie, l’autorité et l’unanimité, sur l’individualisme, le narcissisme, le relativisme, la fragmentation et la stratification de l’éducation, etc. À cela, l’autonomie, la responsabilité et l’engagement, la collégialité, la bienveillance et la reconnaissance, la mixité sociale, l’égalité, l’équité, la solidarité et la justice sociale figurent parmi les priorités des auteur-e-s ici réuni-e-s.

Marina Schwimmer (dir.), Nicolas Haeck (coll.)(2018). « Des figures de l’enseignant pour penser l’identité professionnelle autrement », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 5, automne 2018, 107 p.

Ce numéro thématique propose d’initier une exploration de la figure de l’enseignant à la lumière de différentes manifestations historiques, philosophiques, voire mythologiques dans le but de la penser à l’extérieur des conceptions actuellement dominantes qui lui sont imposées, notamment sous les pressions du néolibéralisme, de la nouvelle gestion publique et du mouvement de professionnalisation de l’enseignement.

Samuel Heinzen, Anne-Claire Husser et Sébastien Urbanski (dir.) (2017). « L’enseignement de l'éthique à l'école : entre principes et pratiques », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 4, automne 2017, 107 p.

Les textes ici réunis traitent notamment des difficultés de mise en œuvre du nouvel enseignement moral et civique en France, de l’enjeu normatif de la corporéité de l’élève dans l’enseignement de l’éthique en Suisse romande, de la réception mitigée du cours d’Éthique et culture religieuse au Québec chez des enseignantes du primaire, de l’éthique comme potentialité pour penser l’éducation scolaire et faire advenir une pensée éthique, d’une pédagogie de l’éthique de la démocratie à l’école et de l’autorité éducative bienveillante.

Bouchard, N. et M-F. Daniel (dir.), Plante, M. (coll.) (2017). « Dignité et éducation pour un monde problématique », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 3, 2017, 136 p.

Dans le présent numéro, sont abordées les dimensions philosophiques, juridiques, politiques, éthiques et pédagogiques de la notion de dignité humaine et la portée de ce repère pour une éducation dans un monde problématique.

Gohier, C. et F. Jutras (dir.) (2016). « Questions d'éthique et de formation en éducation et en santé : transversalités et spécificités », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 2, mai 2016, 320 p.

Dossier traitant de divers aspects, spécifiques ou transversaux, de la formation et de l’éthique professionnelle dans les domaines de l’éducation et de la santé. Les contributions sont regroupées autour de trois thèmes : la formation éthique des enseignants, les réflexions sur les fondements de l’éthique en éducation et en santé et les recherches portant sur des questions d’ordre éthique en éducation et en santé.

Bouchard, N. et M. Plante (dir.) (2014). « Questions d'éthique professionnelle de l'enseignant », Éthique en éducation et en formation - Les Dossiers du GREE, no. 1, décembre 2014, 97 p.

Dossier traitant d'enjeux relatifs à l'éthique professionnelle de l'enseignant. Auteurs: Vincent Lorius, Constant Kouassi, Stéphanie Gravel et Anne-Marie Duclos.